Les barrages: NON aux cubes en béton!

Choix de la municipalité pour le barrage du lac Beaulne

Les décisions municipales concernant les barrages ont déjà causé beaucoup de division au sein de la population. D’autant plus que maintenant, la municipalité veut installer des cubes en béton pour réparer leur premier barrage à forte contenance. On retrouve habituellement ce type de barrage peu écologique dans les grandes villes.

De plus, il faut savoir que ces structures peu durables (±50 ans) et hors de prix endetteront la population pour 40 ans. Dans ce contexte, de grosses firmes d’ingénieurs et d’entrepreneurs, ainsi que des banques, s’enrichiront au dépend d’un appauvrissement général de la population. Pour ces raisons, des gens de Chertsey refusent ce choix et se mobilisent.

Dernièrement, des citoyenNEs du lac Beaulne ont signé un registre pour exprimer leur opposition à l’emprunt. Prochainement, il y aura un référendum débutant le 15 novembre. Ces ChertsoiSEs comprennent que leur barrage pourrait avoir un impact significatif pour la gestion des autres barrages municipaux. En plus de la division qui règne, ils constatent aussi un déficit informatif entre la municipalité et la population.

En conséquence, ces citoyenNEs ont entamé plusieurs démarches, espérant ainsi éviter un désastre économique pour eux et leur communauté. Ainsi, pour palier au déficit informatif et réunifier les gens, ces ChertsoiSEs ont donné naissance au Mouvement Alternatives Barrages Chertsey (MAB Chertsey). En cliquant sur le logo, vous trouverez tous les détails de cette nouvelle association qui a pour mission de protéger les intérêts de tous.

Cliquez sur le logo pour accéder au site web

De plus, ces gens de Chertsey ont créé trois vidéos. Les deux premiers expliquent très bien les effets problématiques de l’approche municipale et la troisième expose une solution qui consiste à un barrage par enrochement. Ce type de barrage s’avère très répandu en région puisque plus harmonieux avec l’environnement. Mais surtout, l’enrochement peut durer plusieurs siècles lorsque bien construit et s’avère deux à cinq fois moins coûteux…

Trois vidéos de citoyenNEs

  1. Exposé de la situation problématique des barrages (15:42)
  2. Point de vue d’une citoyenne (5:18)
  3. Barrage deux à cinq fois moins coûteux (18:35)

Réalisons qu’il ne s’agit que du premier barrage. Plusieurs autres suivront avec possiblement les mêmes constats et contestations…

Articles connexes : « Des citoyens de Chertsey demandent des actions concrètes », « La gestion des barrages publics », « Les barrages: Comprendre l’enjeu  », « Les lacs, une richesse pour Chertsey?  »

Dernière mise à jour: 2020-11-26

+3

4 réflexions au sujet de “Les barrages: NON aux cubes en béton!”

  1. Excellent…les vidéos et les informations communiquées sont complètes et bien à propos.
    Merci de bien nous tenir informé. Beau travail
    Daniel

    0
    Répondre
  2. Je compatis pleinement avec les citoyens propriétaires riverains sur qui pend une augmentation substancielle de taxes, parce que résidant au bord d’un lac. Leurs récriminations sont-elles justifiées, à les écouter il faut croire que oui. Je n’ai pas suivi le dossier d’assez près pour pouvoir donner un avis éclairé. Cependant, et en tant que citoyen non résidant au bord d’un lac, d’avoir à assumer 20% d’une facture salée ne me plait pas du tout, mais de ça on ne parle pas.
    Ça ne me plait pas, surtout que je n’ai accès à aucun de ces lacs, ce qui va à l’encontre d’un voeu (pieux) du Gouvernement du Québec dans sa Politique nationale de l’eau, et qui heurtent mes valeurs et convictions, lesquelles se reflètent dans le texte ci-dessous tiré du Devoir:

    «Comment est-il possible que tout le monde soit autorisé, selon l’article 920 du Code civil du Québec, à circuler sur les cours d’eau et les lacs, mais que les berges, et donc les plans d’eau eux-mêmes, soient pratiquement inaccessibles ? En réalité, hormis quelques rares exceptions, il faut être propriétaire d’un bout de rive pour avoir accès à un lac, ce qui n’est pas le cas de la majorité des Québécois. »
    https://www.ledevoir.com/opinion/libre-opinion/583640/pour-un-veritable-acces-aux-plans-d-eau

    Mais de ça on ne parle pas non plus. Concourrez à hauteur de 20% cependant!

    0
    Répondre
  3. Certains ne pourraient y voir que deux revers à ce problème :

    • Soit que la municipalité est incompétente, avec pour effet de se faire arnaquer et de n’y voir qu’un écran de fumée;

    • Soit elle est de connivence avec Cima+ (qui a déjà trempé dans la corruption), tout en préférant emprunter le chemin de la paresse et de la facilité.

    Dans ces 2 cas, c’est nous les Chertsois qui en seraient victimes en se surendettant pour plusieurs dizaines d’années.

    Heureusement, il y a une autre avenue qui permettrait de ne pas discréditer complètement les dirigeants et les élus de la municipalité. Il s’agirait de s’asseoir ensemble, citoyens et élus, et de trouver une solution qui ferait consensus, puisqu’elle existe.

    La saga ne fait que commencer. Viendra ensuite le lac à l’Orignal avec une facture totale de près d’un million; ensuite le lac Dupuis, supposément près de 1,5 millions; etc…

    Il ne faut pas oublier que touts ces montants exorbitants doubleront à terme, dû à l’emprunt avec intérêts, et que 20% de ceux-ci seront refilés à tous, même ceux qui n’ont accès à aucun lac !

    0
    Répondre
  4. Je parcourais le site Mabchertsey dernièrement et je constatais que 12 membres seulement faisaient partie de ce regroupement. Considérant les enjeux financiers et environnementaux, je me demande si les citoyens ont bien saisi ceux reliés à la nécessité de refaire les barrages car tous sont concernés, encore plus ceux résidant aux abords d’un lac ciblé par les mesures de réfection. Vu l’impact majeur de cette décision sur le compte de taxe des citoyens en général, et au point de vue de la communication aux citoyens, la municipalité a-t-elle fait ses devoirs, à tel point que les élus auraient jugé avoir l’aval de la population?
    Si je comprends bien, il y aura un référendum dès le 15 novembre concernant le réglement 586-2020. Sauf erreur de ma part, les personnes habilitées à se prononcer doivent résider dans le secteur concerné, en l’occurrence le lac Beaulne. Si la municipalité conçoit d’un référendum, n’est-ce pas là une bonne nouvelle, à tout le moins une nouvelle encourageante. Et s’il y a possibilité de faire des ouvrages de meilleure qualité et pour beaucoup moins cher, que se passe t-il donc dans la tête de nos élus pour tendre vers une solution moins bonne et beaucoup plus cher?
    Le formulaire pour le référendum:
    https://chertsey.ca/wp-content/uploads/Avis-public_Formulaire_R%C3%A8glement-.pdf

    Tous les villes et villages devraient avoir une sorte d’ombudsman veillant au grain et qui serait nécessairement indépendant. Un comité de citoyens qui serait partie intégrante de la politique municipale, bénévole, mais dont l’action serait inspirée d’une approche “participation citoyenne”, possiblement élu et dont le mandat serait renouvelé en même temps que les élections municipales.

    0
    Répondre

Laisser un commentaire

** Cliquez ici pour être avisé par courriel des nouveaux commentaires sans avoir à en laisser.