La parole aux ChertsoisES. Exprimez-vous!

Navigation du forum
Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Post mortem de l'assemblée du conseil du 18 février

Hier avait lieu l'assemblée du conseil de Chertsey. C'est lors de cette séance que devait être déposé le projet de règlement annulant celui autorisant le passage de vtt sur le chemin.  Cela s'est fait, non sans heurs. En effet, plusieurs interventions rudes et irrespectueuses ont été entendues, toutes sortant de la bouche des pro-sentiers. Leur porte-parole, Stéphane Bourgoin, n'a pas été en reste avec l'usage de la rudesse, invectivant avec arrogance les 4 conseillerÈREs ayant pris position contre le projet de sentier vtt. Cela ne lui a pas servi et il a trouvé chaussure à son pied dans les réponses, franches et  affirmée de ces personnes. En fait, même le maire a semblé mal à l'aise par l'attitude presque hautaine mais certes très indélicate de ce personnage qui s'est comporté, disons-le comme un rustre et un très mauvais négociateur. Les pro-sentier semblent mal servis en la personne de Stéphane Bourgoin.

Lors de la présentation de l'ordre du jour, nous avons pris connaissance qu'une période de question de 30 mn avait été insérée juste avant le dépôt de ce règlement. Étrangement, Stéphane Bourgoin était le seul à être préparé pour cette période alors que personne, dans le groupe des "contre" n'était au courant ni plus préparé. Il était d'autant plus préparé que, au-delà de la documentation qu'il avait apportée pour questionner le conseil, il avait pris place directement devant le micro, s'assurant ainsi d'être le premier à prendre la parole. À peine la période de question déclarée que Bourgoin était levé, prêt à interpeler les conseillerÈREs.  Ce constat sème un doute sérieux quant à l'équité du processus et quand à l'impartialité dont doivent faire preuve les élus municipaux. Et que penser du dépôt par ce même Bourgoin, d'une pétition de plus de 1000 noms, si ce n'est que l'exercice soulève là aussi des doutes sur la validité de son contenu.

Plusieurs éléments frappants ont ainsi pu être relevés durant cette assemblée. Ainsi, le conseiller Gilles Côté, à la fin d'un semblant de réquisitoire pour la défense du sentier, à laissé quelque peu échapper sa frustration, cela sera visible et audible (souhaitons-le) sur le vidéo de la rencontre. Étant au premières loges, j'ai clairement pu entendre et je cite: «Ce n'est pas 100 personnes qui vont nous empêcher!  … » et il ne finit pas sa phrase et se tut, mais un peu tard.

Bref, ce fût une soirée difficile, difficile par l'intransigeance des pro-sentiers à imposer trop brutalement leurs besoins sans écouter celui des contre. Quelques rares personnes pro-sentier ont quand même fait preuve de compréhension et d'ouverture à une solution autre, il en est ainsi pour M. Lachance de la fédération des Club quad du Qc.

Pour finir, et comme ma femme me le partageait, il est absolument anormal d'avoir à vivre, comme citoyen, des situations conflictuelles telles que celle d'hier soir, surtout qu'elles ont pour origine une gestion pitoyable du conseil en regard d'un projet improvisé et imposé.

Merci Serge, et comme mon homme me le partageait ;-), ton texte résume bien la soirée.

J'ajouterais que la participation citoyenne a été exceptionnelle, soit environ une centaine de personnes. Par contre, on se serait volontiers passé des personnes agressives, arrogantes et sans aucune empathie, qui font dans le «me, myself and I» à l'état pur.

À cause d'eux, la tension était à son comble. À certains moments, j'ai senti qu'il en manquait peu pour en venir à la violence physique. Merci à M. Brazeau d'avoir mis son habit d'agent de sécurité! Je lève aussi mon chapeau à nos conseillèr(e)s qui ne se sont pas laissées intimider.

Pour finir, l'intervention de notre ancien maire a été vraiment apprécié. Il a eu la présence d'esprit d'empêcher un vote entre les élu(e)s qui n'était pas à l'ordre du jour. Merci M. Surprenant. Je crois que vous manquez à plusieurs d'entre nous depuis quelques mois...

Bonjour à tous et merci d’avoir été si nombreux à défendre nos intérêts collectifs lors de cette assemblée. Si j’ai bien compris l’abrogation du règlement du projet vtt sera l’annulation du règlement à la prochaine assemblée mais soyez assuré que ce n’est pas terminé pour autant, M.Bourgoin a une entrée directe avec le maire , il paraît évident qu’ils proposeront une consultation publique ou quelque chose du genre à la prochaine rencontre. Comme M.Reimer moi aussi j’ai un petit bémol avec M.Debeaumont , pour Serge oui je pourrais être présent samedi si réunion il y a.

J'ai rencontré le maire par hasard et il m'a parlé de ce qu'il prévoit faire par la suite. Il veut une consultation, mais pas avec tous les citoyens. Il veut réunir en ateliers des représentants du club et de la fédération quad, des représentants des commerçants et des représentants des résidents habitant sur le trajet (peut-être aussi d'autres).

Je pense que tous les citoyens de Chertsey sont concernés par la suite des événements, pas seulement les riverains au sentier. Je ne veux pas de quad qui passent au coeur de mon village où je vais régulièrement.

De toute façon, je ne pense pas que ce soit à la municipalité à trouver des solutions pour un club privé. Nos taxes municipales ne devraient pas servir à ça. Ils reçoivent amplement d'argent du gouvernement provincial.

 

Je suis d'accord avec Guy que tous les citoyens de Chertsey sont concernés. On a choisi de construire une municipalité durable en adoptant des politiques environnementales, c'est inscrit dans le plan d'urbanisme. Quel que soit le projet de véhicule motorisé proposé il sera en contradiction avec ce plan. Pour suivre la loi il faut donc commencer par modifier le plan d'urbanisme et presque toutes les politiques officielles de la municipalité. Ils pourront bien le faire si ils veulent mais ça va être un peu plus compliqué que d'adopter un projet pilote en cachette.

En essayant d'imposer ce projet de force pour contenter un petit groupe de particuliers le maire et ses soutiens ne font que s'enfoncer de plus en plus dans l'illégalité en nous donnant des armes pour contester leur projet. Mais on préférerait ne pas aller en cour pour faire valoir nos droits, c'est certain.